Femme majuscule : Cancer : Que manger pour se protéger ?

Conseils de scientifiques

« Alicament »… Depuis que le concept d’aliment-médicament est apparu, de nombreuses études ont confirmé l’importance de ce que nous mangeons sur notre santé. Mais il existe-il réellement une alimentation « anticancer » ? (Lire la suite …) Aujourd’hui, le cancer serait à l’origine de 29 % des décès chez les hommes et de 23 % chez les femmes. On estime qu’une femme sur 10 a un risque d’avoir un cancer du sein. C’est donc une maladie trop grave pour prétendre qu’il existe des aliments miracles pour l’éradiquer. Cependant, des spécialistes et rapports d’experts affirment que la consommation régulière de certains aliments associés à une hygiène de vie, peuvent agir en prévention et sur les récidives. Près de 30% des cancers pourraient ainsi êtres évités. Conseils d’experts pour mettre toutes les chances de son côté. Existe-il une alimentation anti-cancer ? Toutes les études, relevant des différentes autorités (institut de recherche contre le cancer), WCRF (world cancer research found), OMS (organisation mondiale pour la santé)… vont dans le même sens. Et le dernier rapport de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) affirme le lien qu’il existe entre l’alimentation sur la prévention des cancers. Comme le rappelle le DR Corpet * « après la seconde guerre mondiale, le cancer de l’estomac a été divisé par dix simplement en adoptant une alimentation plus variée et en ayant une meilleure hygiène de vie. En revanche, et on l’a constaté chez les populations migrantes vers les pays industrialisés, où les habitudes de vie tournent autour des aliments industriels très caloriques, le risque de développer un cancer du sein et de la prostate est en augmentation ». Si les études sont intéressantes et prometteuses, il est cependant aujourd’hui difficile d’affirmer qu’un aliment en particulier a une action préventive. Les livres vantant des aliments anti-cancer ne manquent pas. Ils dressent des listes d’aliments aux vertus prometteuses. Certains aliments ou certaines épices comme le curcuma sont mis en avant et seraient à consommer tous les jours. Seul souci : c’est que ces livres s’appuient le plus souvent sur des études qui, aussi convaincantes soient-elles, sont réalisées en laboratoire chez l’animal et traitées de façon isolée. Donc, même si certaines donnent des résultats très intéressants, on ne peut pas en tirer une prescription d’aliments pour l’être humain. C’est pourquoi il n’est pas souhaitable d’avoir une alimentation exclusivement composée d’aliments dits « anti-cancer ». Cependant les pistes sont bonnes : selon l’étude SuViMAx, le risque de développer un cancer serait diminué chez l'homme de 37% avec une prise régulière de sélénium, zinc, vitamine E et bêta-carotène à doses nutritionnelles. Mais il ne faut pas en déduire que la prise de compléments alimentaires est utile, des effets néfastes peuvent être observés dans certaines associations (par exemple le bêta-carotène et le tabac) ou en cas de consommation au-delà des doses atteintes par l'alimentation. Le Dr Marie-Christine Boutron-Ruault rappelle que le plus simple n’est pas de suivre n’importe quel régime « tendance » mais « de profiter de la disponibilité de nos anti-oxydants locaux ». En clair, il semble préférable de se rapprocher d’une alimentation méditerranéenne, plutôt que de celle des pays nordiques, avec frugalité et variété.